Érigé en 1875, le Blackfriars Bridge est l’un des ponts les plus anciens et les plus rares au Canada. Le pont traverse le bras nord de la rivière Thames, reliant ainsi la rue Ridout à la rue Blackfriars à London en Ontario. Il permet également aux piétons, cyclistes et automobilistes de circuler entre les segments de la promenade Thames Valley, située sur les bords de la rivière, et de l’extrémité ouest de la ville jusqu’au centre-ville. Bien qu’il fut fermé pour réparations pendant un certain temps, il demeure l’une des icônes emblématiques de la ville. Des travaux ont été entrepris afin de lui redonner son lustre d’antan et de le rendre utilisable à nouveau.

 

Caractéristique(s) mémorable(s) ou unique(s)  :

  • Configuration unique à poutres bow-string.
  • L’une des trois structures principalement construites en fer forgé encore en place en Ontario.
  • Désigné comme structure patrimoniale en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario (partie IV) le 21 avril 1992.
  • L’un des dix-neuf ponts à poutres bow-string restants aux États-Unis et au Canada. Parmi ceux-ci, dix ont été fermés, abandonnés ou entreposés. Cinq ont été convertis pour le passage des piétons et trois sont ouverts à la circulation routière unidirectionnelle. En 2013, le Blackfriars Bridge était le seul pont de ce type à permettre la circulation de véhicules dans les deux sens.
  • À 216 pieds (65,8 mètres), il s’agit de la travée de pont la plus longue en son genre en Amérique du Nord.
  • Le Blackfriars Bridge a figuré dans diverses œuvres artistiques, visuelles et littéraires.

La pont a subi plusieurs réparations au fil des ans et le 5 septembre 2017, la Ville de London a approuvé le plus ambitieux à ce jour — 7,9 millions de dollars seront consacrés à la restauration du pont, qui comprendra son retrait et sa rénovation complète dans un atelier intérieur pendant l’hiver.