About Le hameau de Rosebud

Le hameau de Rosebud ressemble à s’y méprendre à un hameau typique des Prairies. Niché dans une vallée sur les rives de la rivière Rosebud, aux frontières des badlands canadiennes, Rosebud est une pittoresque communauté empreinte de créativité, depuis la galerie d’art Akokiniskway et le studio d’enregistrement situé dans l’ancienne Église unie presque centenaire récemment rénovée, jusqu’à la demi-douzaine de boutiques d’artisans qui exposent et vendent des articles locaux et régionaux le long de la route principale autour de l’Opéra et du Rosebud Centennial Museum. Rosebud n’a pas de poste d’essence, ni de dépanneur, et compte moins de 100 habitants, mais c’est une attraction touristique et artistique importante, visitée par plus de 40 000 personnes chaque année.

Que voyez-vous dans cet espace? De quelle manière les personnes de votre collectivité en profitent-elles?

  • L’esthétisme de presque tous les édifices de cette petite ville nous ramène à une époque oubliée, où entretenir des relations de bon voisinage et travailler ensemble pour faire de la communauté un endroit meilleur était la norme.
  • Des organisations comme la Rosebud Community Facility Enhancement Society se joignent aux étudiants, professeurs et diplômés de la Rosebud School of the Arts pour faire du bénévolat et prendre part aux tâches communautaires les fins de semaine, afin de célébrer l’esprit créatif propre à cette ville.
  • Le rythme est plus lent et les gens qui habitent ici ont sciemment adopté un style de vie empreint d’ingéniosité, à l’image des pionniers venus s’installer dans cette vallée en 1883.
  • Alors que les petites collectivités partout dans les Prairies ont décliné et disparu, Rosebud est devenu une dynamique communauté artistique.
  • Cette ambiance est renforcée par la présence de la Rosebud School of the Arts, la seule école de théâtre rurale d’Alberta, et du Rosebud Theatre. Les clients du théâtre viennent des quatre coins de l’Alberta, et en été, de nombreux touristes originaires de partout au Canada et du monde entier se retrouvent à Rosebud, le cœur artistique des badlands canadiennes.

Événements et festivals :

  • On y trouve un espace vert très central destiné aux spectacles, idéal pour se rassembler et faire les boutiques des artisans locaux tout en écoutant de la musique et en profitant de l’atmosphère.
  • Le 4 septembre 2016 : Le 11e festival annuel « 15 Minutes of Fame – Rosebud Folk Festival ». Ce festival de musique en plein air proposait plus de vingt spectacles, pour tous les goûts musicaux.
  • Du 25 au 31 juillet 2016 : Le 4e Festival de musique de chambre de Rosebud. Le festival, qui se déroule sur une semaine, est un « projet d’action local visant à organiser des concerts de calibre international dans les collectivités rurales des badlands canadiennes », avec des concerts, des ateliers musicaux, culminant avec le « Reading Party », un lieu intimiste où les artistes du festival peuvent rencontrer la communauté de Rosebud et qui offre une merveilleuse opportunité de se retrouver entre amis pour écouter de la musique de chambre en dehors d’une salle de concert.
  • Le 17 juillet 2016 : premier concert d’une série de concerts d’été organisés par le Thorny Rose Cafe. Ce concert, qui s’est tenu dans l’espace de concert extérieur de Rosebud situé à côté du café, a permis d’entendre plusieurs artistes de différents styles musicaux et s’est poursuivi tout au long de l’été.
  • Le Rosebud Theatre propose sept pièces de théâtre par année – cinq à l’Opéra et deux au BMO Studio Stage, avec des représentations en matinée et en soirée jusqu’à sept fois par semaine. De plus, le Rosebud Centre School Retreat accueille d’autres interprètes et leurs numéros tout au long de l’année, pour offrir des pièces de théâtre, des concerts et des représentations, dans le cadre des « Rosebud Presents Series ».
  • Les « Rosebud Presents Series » ont présenté des concerts de musique, des one-man shows, des spectacles pour enfants et plus encore.

Activités économiques et de vente au détail :

  • Même si Rosebud ne compte aucun dépanneur, restaurant ou poste d’essence, il offre à ses visiteurs de nombreuses opportunités de faire les boutiques et profiter de l’offre éclectique du hameau et de ses alentours.
  • Le Rosebud Art Village, qui compte une demi-douzaine de boutiques d’artisans de chaque côté de la route principale, expose les œuvres des artistes locaux. De nombreux artistes et artisans de la communauté proposent leurs œuvres dans les deux galeries d’art locales et les multiples boutiques de souvenirs de la ville et des alentours. Les visiteurs ont la possibilité d’acheter les œuvres choisies au fil de leur visite.

Caractéristiques historiques ou patrimoniales :

  • Les premiers colons européens se sont installés à Rosebud en 1883, jetant les bases d’une communauté forte d’agriculteurs et d’éleveurs.
  • Le hameau s’est développé au début du XXe siècle, avec une population de 300 personnes dans les années 1920.
  • Mais au début des années 1970, la population a chuté jusqu’à atteindre moins de trente habitants, et des douzaines d’édifices abandonnés attendaient d’être démolis, comme dans d’innombrables autres communautés des Prairies.
  • Une poignée d’individus ont alors construit une école de théâtre et une salle de spectacle, qui attire aujourd’hui 40 000 visiteurs chaque année pour sa 33e saison! Le Rosebud Theatre a débuté en 1983 lorsque l’école des arts, désormais bien établie, cherchait à lever des fonds grâce à un petit restaurant-théâtre. Cet événement heureux est devenu le moteur économique qui a permis à Rosebud d’accueillir des dizaines de milliers de visiteurs chaque année.
  • À l’origine, l’Opéra se composait de deux greniers assemblés, et ses sièges de bancs d’église en bois. Bien qu’il ait été complètement rénové depuis, il conserve un caractère très intime. L’édifice historique, construit en 1911, abrite désormais la billetterie et un buffet restaurant au plancher principal, ainsi qu’une boutique d’artisanat au sous-sol.
  • Le Rosebud Centennial Museum, comme la plupart des édifices de la ville, a initialement été construit pour toute autre chose. Il a d’abord abrité la buanderie de Mah Joe dans les années 1920 et 1930, puis un magasin de fournitures agricoles et d’huile en vrac, avant d’être transformé en café. Il est ensuite resté vide jusqu’à ce que le Lions Club le rénove pour en faire un musée.
  • Durant les mois les plus chauds, vous pouvez découvrir l’histoire pionnière de Rosebud grâce à un circuit de marche non guidé à travers le hameau, qui retrace l’histoire de la communauté et permet aux visiteurs de découvrir les récits des premiers habitants des Prairies.

Aménagement :

  • L’aménagement doit se faire en adéquation avec le plan de structure local, afin de respecter le caractère historique et la volonté de la collectivité de rester modeste, malgré l’intérêt porté à l’aménagement.
  • Le site qui abritait autrefois la caserne de pompiers de Rosebud a récemment fait l’objet d’un projet d’aménagement. Un artiste local a acheté la propriété, et l’a aménagée en four de poterie et boutique où il vend ses œuvres, ainsi que celles d’artisans locaux et de la région. La boutique se situe en face du Rosebud Mercantile, où les spectateurs du Rosebud Theatre peuvent se restaurer avant de descendre la rue pour une représentation à l’Opéra de Rosebud. La propriété est devenue partie intégrante de la communauté artistique du hameau. Même l’édifice de la nouvelle caserne de pompiers a respecté le plan de structure local, ce qui illustre le caractère historique du hameau.

Données démographiques :

  • Le hameau compte un peu moins de cent habitants, et depuis qu’il est devenu un pôle créatif, un grand nombre de personnes pensent à venir s’y installer.
  • Les familles avec de jeunes enfants les envoient à l’école dans les collectivités avoisinantes, et les jeunes sont invités à s’exprimer sur le plan artistique tout comme le reste de la ville en travaillant les fins de semaine comme bénévoles, et en se joignant à des groupes communautaires, tels que la Historical Society ou l’une des cinq chorales locales.
  • Les jeunes d’âge universitaire peuvent suivre la Rosebud School of the Arts, la seule école de théâtre rurale reconnue en Alberta, afin de mieux se préparer à travailler à l’avenir dans un théâtre et au sein de la communauté artistique du Canada. Les artisans locaux sont connus pour accueillir de jeunes apprentis afin de leur enseigner leur métier. Cela leur permet une fois à l’âge adulte d’être des membres productifs de la communauté et de fournir les mêmes services aux personnes intéressées à les suivre. Les citoyens dotés d’une conscience communautaire (soit à peu près tous les habitants de Rosebud) se joignent à la Rosebud Community Facility Enhancement Society pour participer à la promotion d’activités telles que la Rosebud Public Bicycle Fleet et les projets d’embellissement floral dans tout le hameau.

Faits rapides

Carte : http://bit.ly/2eag0PH

Soumis par : Alan Parkin

Partager