Contrairement à bien des municipalités qui cherchent à revitaliser leur centre-ville en perte de croissance, la Ville de Dieppe a l’opportunité de créer un centre-ville de toutes pièces. Entre les recensements de 2006 et 2016, la population de Dieppe est passée de 18 565 habitants à 25 384 habitants, faisant d’elle l’une des villes ayant connu la plus forte croissance démographique à l’est du Canada.

Les travaux de construction du centre-ville ont débuté au début des années 2000 avec comme pièces maitresses un nouvel hôtel de ville et la Place 1604. L’année 2007 marque d’ailleurs le 10e anniversaire de l’inauguration de cet endroit.

La Place 1604, nommée en l’honneur du débarquement de Samuel de Champlain en Acadie, est un espace public en plein cœur du centre-ville. Il anime ce dernier par sa vitalité, son intégration au tissu urbain ainsi que par la relation de cet espace avec les édifices complémentaires tels que l’hôtel de ville, la Bibliothèque publique, le Centre des arts et de la culture ainsi que le Marché de Dieppe.

L’achalandage que créent ces bâtiments publics représente un atout important pour le secteur du centre-ville et contribue au dynamisme de la Place 1604.

En ce qui concerne la programmation que l’on y retrouve, les élus ainsi que l’administration municipale reconnaissent l’importance d’y tenir des activités et évènements diversifiés pour tous les groupes d’âge, et ce, tout au long de l’année. Ceci permet d’assurer le succès et la viabilité du centre-ville, tout en renforçant le sentiment d’appartenance des résidents de Dieppe.

Ainsi, à travers son aménagement, les concepteurs de la Place 1604 se sont dotés de lignes directrices en design urbain propices à favoriser les relations de compatibilité entre les humains, leurs tâches quotidiennes et leur environnement naturel et construit. Ces interventions ont permises de conférer à cet espace public un « sense of place » pour les utilisateurs.

En ce qui a trait à l’aménagement paysager et au mobilier urbain, les espèces arborescentes et arbustives de même que les lampadaires et le mobilier ornemental ont été soigneusement choisis de manière à procurer un certain rythme vertical par la création d’un arrière-plan. Ainsi, cela permet de dégager l’espace central tout en respectant la notion d’échelle humaine.

En ce qui a trait aux bâtiments ceinturant la place publique, une attention particulière au gabarit, à la volumétrie et au traitement architectural des façades ont permis d’y introduire des terrasses et ainsi rehausser la vie urbaine et les échanges sociaux.

La façade sud de la Place 1604 est quant à elle délimitée par une rue qui permet, en raison de l’absence de bâtiment, un ensoleillement maximum. Cette abondance d’ensoleillement contribue à la qualité de vie de la Place 1604 et conséquemment, à son usage plus intensif, notamment l’hiver.